La place de la femme dans le monde arabe par Laila chiadmi

Laila chiadmi pharmacienne d’officine

D’après la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen, « Tous les Hommes naissent libres et égaux ». C’est-à-dire que l’Homme est pris dans son sens le plus général, il englobe aussi bien l’homme et la femme. Ils sont donc nés libres et égaux en droit et en obligation, mais dans la vie pratique, la réalité est toute autre.

Si dans la majorité des pays occidentaux, des efforts considérables ont été réalisés dans ce domaine, dans le monde arabe la situation de la femme accuse un retard énorme en matière de développement humain. Cette situation reflète parfaitement l’état du sous développement socio économique dans lequel vivent la plus part des pays de la région MENA.

Les statistiques ont toujours révélé un équilibre dans les pyramides des âges entre les populations masculines et féminines alors que la participation des femmes dans le circuit et l’activité économiques n’ont jamais faits partie de cet équilibre. Une grande part a toujours été allouée à l’homme au détriment de la participation de la femme.

Notre vingt unième siècle est marqué par la mondialisation et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les statistiques montrent que dans le monde arabe, même si la femme est entrain de se positionner dans ses domaines en faisant des efforts en réalisant des avancées non négligeables par rapport à la moyenne mondiale, certains indicateurs demeurent très insuffisants et ne favorisent pas un développement socio économique de la région. Dans la région MENA, les femmes représentent 49,7% des 345,5 millions d’habitants, il s’agit donc d’une population non négligeable de plus de 171 millions de femmes qui composent la population de cette région. Malgré tous les efforts entrepris, les résultats restent très insuffisants dans plusieurs domaines.

48% des femmes ne disposent pas de téléphones portables. Sur ces 84 millions de femmes privées de téléphones portables (8 millions de moins que les hommes) c’est ce qui représente une discrimination par rapport aux hommes dans ce qui peut être considéré comme une porte d’entrée au modernisme. En effet, cet indicateur très révélateur, renvoie directement à l’utilisation de l’internet. Selon un rapport de la banque mondiale, il ya un écart de 34% entre hommes et femmes en ce qui concerne l’utilisation de l’outil internet. Cet écart contribue à accentuer la fracture sociale dans toute la région. Plusieurs pays arabes commencent à réaliser que l’internet haut débit est un outil capital pour lutter contre la pauvreté et créer des opportunités d’emploi particulièrement pour les femmes et les jeunes.