Depuis plus d’un mois , c’est une mauvaise période au Maroc pour être victime d’une blessure aussi bénigne sois-t’elle , car si vous êtes victime du tétanos  , vous risquez fort d’y passer , et pour cause une rupture de stock du sérum anti tétanique SAT partout au Royaume ! En effet , les deux spécialités qui existent au Maroc  :

  • Tetanea PPV 43,00 Dh sanofi  boite seringue preremplie
  • Le SAT commun 20,00 Dh    dose sans seringue

Sont introuvables partout dans les officines Marocaine, et si nous vous disons que le vaccin VAT censé protéger les adultes ( les enfants vacciné normalement sont  protégés jusqu’à 10 ans  par vaccin DTC penta ou trivalents) ! Explication donnée aux officinaux  marocains et aux commun des mortels par les responsables : Circulez , il n y a rien à voir .Vous l’aurez compris , aucune explication n’est fournie,  ni le pourquoi , ni le comment ni quand elle sera disponible , bref ,le brouillard le plus total.

tetanos vaccin

Si en France ( Nous citons ce pays , par ce que c’est la référence au Maroc ) ou en Espagne , Les futures ruptures de stocks sont détectés des mois à l’avance ,dès que le stock minimal de sécurité est atteint,  tout un systeme d’alerte  se met en place . En effet Un dispositif de prévention des ruptures a été mis en place par le ministère français  chargé de la santé. Tous les acteurs de la chaîne du médicament sont soumis à des obligations ( voir encadré ) ! Ici au Maroc rien de pareil n’existe, pire alors qu’un systeme d’importations et de mise à disposition temporaire des acteurs de santé et malades pour remplacer ces spécialités manquantes ,est mis en place dans ces pays pour palier à la rupture, Ici ,c’est le systeme D, on gère l’ingérable et on attend que le moment passe jusqu’à ce que le médicament revienne, pas de remplacement , pas d’importation temporaire aucune cellule d’urgence ( du moins nous n’en avons pas connaissance ), personne pour vous répondre….  !!! Et les malades dans tous ça ? Ils doivent prendre leur mal en patience  et s’approvisionner d’où ils peuvent :les zone frontalières, Mellilia , Ceuta, de France ou ailleurs , voir ne pas se traiter du tout .

 

PROCÉDURE EN CAS DE RUPTURE DE STOCK FRANCE

Les exploitants( Fabricants , importateurs ) :

  • Les exploitants sont tenus d’informer l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en cas d’anticipation d’une situation de rupture potentielle. Ils doivent préciser à l’ANSM les délais de survenue, les stocks disponibles, les modalités de disponibilité, les délais prévisionnels de remise à disposition et, le cas échéant, l’identification de spécialités pouvant se substituer à la spécialité pharmaceutique manquante.
  • Les exploitants doivent également assurer l’approvisionnement des établissements autorisés à exercer l’activité de grossistes-répartiteurs, afin de leur permettre de remplir leurs obligations de service public, c’est-à-dire d’approvisionner les officines de pharmacie de leur territoire de répartition, de manière à couvrir les besoins des patients en France.
  • Les exploitants sont par ailleurs tenus de mettre en place des centres d’appel d’urgence, pour le signalement des ruptures en médicaments par les pharmaciens d’officine et hospitaliers. Ces centres d’appel d’urgence sont donc destinés à prendre en charge à tout moment ces ruptures et à permettre la dispensation effective de la spécialité manquante par des approvisionnements en urgence des pharmaciens.
  • Enfin, les exploitants doivent adresser à l’Agence régionale de santé (ARS) dont ils dépendent un bilan trimestriel des approvisionnements en urgence et des déclarations, chronologiquement pour chaque médicament avec mention, le cas échéant, des quantités fournies et de leurs destinataires.

Les grossistes-répartiteurs :

  • Les grossistes-répartiteurs sont tenus de respecter leurs obligations de service public sur tout le territoire de répartition autorisé, notamment en assurant un approvisionnement en moins de huit heures le samedi à partir de 14h, le dimanche et les jours fériés. Ils participent à un système d’astreinte interentreprises leur permettant d’assurer la livraison dans les délais.

Les pharmaciens (grossistes-répartiteurs, pharmaciens d’officine et pharmaciens des pharmacies à usage intérieur) :

  • Tous les pharmaciens ont pour obligation de signaler les ruptures en médicaments dont ils n’ont pas été encore informés par l’exploitant ou par l’ANSM via les centres d’appel d’urgence.

L’ANSM informe parallèlement les professionnels de santé des ruptures d’approvisionnement effectives ou anticipées et précise, s’il y a lieu, les recommandations éventuelles pour gérer cette pénurie. Ces informations sont disponibles sur le site de l’ANSM.

bacille Clostridium tetani maroc
Clostridium tetani

La Direction générale de la santé a mis en place un comité de suivi du décret du 28 septembre 2012, afin que des bilans réguliers des ruptures d’approvisionnement soient effectués. Ces derniers permettent d’envisager éventuellement des mesures complémentaires à prendre dans une logique de lutte contre toutes les causes de ruptures.

FORMATION CONTINUE : LE TÉTANOS

TETANOS: DEFINITION ET DESCRIPTION 

Le tétanos, est une maladie infectieuse aiguë, grave et potentiellement mortelle, due à une toxine produite par Clostridium tetani, un bacille, gram-positif, sporulant anaérobie strict et ubiquitaire dont les spores sont souvent retrouvées dans la terre et les fèces animales. Ceux-ci sécrètent des neurotoxines qui migrent suivant les voies lymphatiques et sanguines, et qui ont des effets délétères sur les neurones des systèmes nerveux central et sympathique, entraînant des contractions et spasmes musculaires incontrôlés.

À l’échelle mondiale, le tétanos cause environ 500 000 morts par an, presque tous dans les pays en voie de développement. Les conditions d’hygiène précaires lors de l’accouchement peuvent provoquer le tétanos du nouveau-né par l’intermédiaire du cordon ombilical, et dans cette situation, la mortalité est importante.

Sont exposées toutes les personnes risquant de présenter une plaie susceptible d’être souillée par de la terre contaminée par des spores de clostridium. Le tétanos est causé par la contamination d’une plaie, quelle qu’elle soit, par le Clostridium tetani. Les plaies profondes, punctiformes, les plaies contenant des tissus dévitalisés ou un corps étranger créent un environnement plus favorable au développement du Clostridium tetani, mais n’importe quelle effraction cutanée, même la plus superficielle, peut permettre l’infection : abrasion cutanée, brûlures ou engelures, chirurgie, avortement, otite moyenne aiguë, toxicomanie intraveineuse. Le tétanos peut également compliquer certaines maladies chroniques : ulcères de décubitus, abcès, gangrène.

Manifestation clinique et évolution

La durée d’incubation de la maladie varie de 1 à 2 semaines et dépend de la distance entre la lésion contaminée et le système nerveux central.

Chez l’adulte, les premiers signes sont souvent une dysphagie (douleurs et difficultés à la déglutition) et une douleur de la nuque. Chez le nouveau-né, tout débute par un refus de téter. Au fur et à mesure que l’infection progresse, apparaissent le trismus (blocage de la mâchoire en position fermée), le rictus sardonique (grimace caractéristique due à la contracture des muscles de la face) et l’opisthotonos (hyper extension de la nuque et du dos par contracture des muscles paravertébraux). Une transpiration abondante est fréquente. La contracture des muscles de la paroi abdominale peut simuler un abdomen aigu. Viennent ensuite les spasmes généralisés (membres supérieurs en flexion, membres inférieurs en extension), déclenchés par n’importe quel stimulus (bruit, lumière, toucher) ou survenant spontanément dans les formes graves. La maladie évolue alors inexorablement vers l’arrêt respiratoire par spasme laryngé et/ou spasme de la musculature respiratoire. Quand des moyens de réanimation avancés sont disponibles (curarisation et ventilation mécanique), le décès est causé par l’atteinte des fonctions végétatives (hyper/hypothermie, hypertension artérielle/hypotension, arythmies cardiaques) qui survient plus tard dans le décours de la maladie. Les spasmes musculaires sont extrêmement douloureux. La maladie ne modifie en rien l’état de conscience.

1024px-Neonatal_tetanus_6374

Desinfection

S’il y a saignement, il y a peu de risques de contamination puisque le bacille est strictement anaérobie. Si la plaie est sévère (tissus morts), elle doit être débridée (ablation des tissus nécrosés) puis désinfectée à nouveau. Le traitement utilisé diffère d’un pays à l’autre. Une administration prophylactique d’immunoglobulines anti-tétaniques (250 UI IM en dose unique) et un rappel vaccinal sont impératifs en cas de plaie à risque chez un patient non immunisé. Le vaccin requiert plusieurs jours pour entraîner la production d’anticorps, et ce délai sans protection pourrait suffire pour que la maladie survienne ; c’est pour cette raison que le vaccin ultérieur seul ne suffit pas en cas de plaie souillée, et que les immunoglobulines sont nécessaires.

Pour prévenir le tétanos chez le nouveau-né, la vaccination maternelle doit être à jour pour permettre une immunisation passive par voie placentaire. Les instruments et autres produits pour la section du cordon ombilical doivent être stérilisés, et l’antisepsie doit être respectée pour les soins du cordon.

À noter que l’infection n’est pas immunisante, ce qui signifie qu’il est possible d’être infecté plusieurs fois

La fabrication du sérum anti tétanique

Le sérum anti tétanique est obtenu en prélevant des anticorps produits par un organisme ayant été vacciné contre le tétanos. Ils reçoivent un traitement purifiant avant d’être administrés. A l’origine, les anticorps provenaient uniquement du sang de chevaux vaccinés. Toutefois les réactions allergiques au sérum équin sont nombreuses. Il existe donc aussi aujourd’hui du sérum anti tétanique produit avec des anticorps d’origine humaine. Ce dernier est nettement plus coûteux que le sérum équin.

Utilisation

Le sérum est injecté dans l’organisme afin de prévenir les risques de contracter le tétanos en cas de plaie souillée. Toutefois, le premier outil de prévention contre le tétanos reste le vaccin anti tétanique (VAT), qui peut être fait dès l’âge de 3 mois. Le sérum anti tétanique n’est ainsi administré qu’aux personnes non vaccinées ou au dernier rappel de vaccin trop ancien.
Il n’y a pas de réelles contre-indications pour le sérum anti tétanique contenant des immunoglobulines d’origine humaine. Même les femmes enceintes peuvent en bénéficier. Le sérum anti tétanique d’origine équine, en revanche, est déconseillé lors de la grossesse et pour les personnes allergiques. Il ne doit pas non plus être administré à nouveau à quelqu’un en ayant déjà reçu par le passé.
Le sérum anti tétanique d’origine équine peut donner lieu à des réactions allergiques plus ou moins intenses : éruptions cutanées, démangeaisons, difficultés à respirer… Le médecin n’injecte souvent qu’une fraction de la dose pour commencer, afin de détecter les problèmes d’allergie. Normalement, le sérum anti tétanique d’origine humaine ne donne pas lieu à des effets secondaires.

zenati samir